Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/04/2010

CONTES PHILOSOPHIQUES

La morale nue apporte de l'ennui, le conte fait passer le précepte avec lui. ( La Fontaine )

LE CHEVAL, LE MOUTON,
LE  FERMIER  ET  LE  VÉTARINAIRE


Le cheval d'un fermier étant malade, il fait venir le vétérinaire qui lui dit que le cheval est infecté par un virus et qu'il va prescrire un remède. Mais que s'il n'est pas guéri dans les trois jours, il faudra l'abattre pour éviter d'infecter les autres animaux.
Le mouton de la ferme, qui a tout entendu, va trouver le cheval et lui dit : "Allons, lève-toi » Mais le cheval qui est trop malade ne bouge pas.
Le deuxième jour, même chose, le mouton dit au cheval : "Fais un effort, lève-toi". Mais le cheval ne se lève toujours pas.
Le troisième jour le mouton revient et lui dit : "Lève-toi, sinon ils vont t'abattre aujourd'hui".
Dans un sursaut d'énergie le cheval, bien que malade arrive à se lever devant le fermier et le vétérinaire.
Le fermier tout content dit alors au vétérinaire: "Pour fêter l'événement, on va égorger le Mouton".
Moralité : Ne te mêle jamais de ce qui ne te regarde pas.
Avertissement
Nos enseignements ne sont pas une bible. Si vous êtes dogmatique et stupide prenez la moralité de ce conte à la lettre en toutes circonstances. Mais si vous êtes intelligent, alors à vous de l'interpréter et de l'adapter à chaque situation.

Les commentaires sont fermés.